RECTO-VERSO
Cratère_d'Euphronios_Sarpédon_recto_source:Wikipédia, libre de droits Cratère d'Euphronios_Sarpédon_verso_Wikipédia_libre de droits
«Cratère d'Euphronios » en calice à figures rouges daté de 515 av. J.-C. environ. Il représente sur sa face principale, le recto, un sujet homérique, Hypnos  et Thanatos, les génies (esprits) du sommeil et de la mort  enlevant le corps du prince lycien Sarpédon, tué par Patrocle, sous le regard d'Hermès Psychopompe. En argile peinte, il est signé du peintre attique Euphronios ainsi que du potier Euxithéos. Restitué à son lieu de trouvaille (Italie) en 2008 - Extrait  de wikipédia réécrit

« Le verso représente trois jeunes gens en train de s'armer en présence de deux hoplites. Il ne présente pas de rapport apparent avec la scène du recto est-il généralement admis. » - Wikipédia dixit.- Nous sommes dès lors fondée à revendiquer le caractère totalement inédit de l'analyse qui va suivre = ©, laquelle ne s'appuie pas non plus sur le fait qu'il est cependant également admis que les noms mythologiques qui apparaissent dans le champ laissent penser qu'il ne s'agit pas d'une scène ordinaire.

Que le cliché du cratère soit libre de droits ne signifie pas qu'il en aille de même pour son commentaire!!
Vue ventrale de Tortue et son plastron
Cerveteri; Nécropole de Monte Abatone; Cratère 1ère moitié VIIème siècle, Céramique, détail

dossière de tortue utilisée comme caisse de résonnance pour  une lyre
Deux formes similaires Dossière de tortue
_
tablettes de chocolat du mort
wikipedia libre de droits; face externe de plastron de tortue gravé

« Dans l’Antiquité, l’haruspice interprétait la volonté divine en lisant dans les entrailles d’un animal sacrifié. » - «Nous savons par le géographe Strabon que les Celtes pratiquaient la divination sur les entrailles des hommes sacrifiés »

Face externe de plastron de tortue gravé du texte interprétatif de la consultation oraculaire pratiquée sur sa face interne. - Copie - Voir utilisation du verso
_

Extrait de L'observatoire solaire de Goseck, plus vieux que Stonehenge en Angleterre : "Pour cultiver la terre avec succès, il fallait trouver le moment propice pour semer et récolter, et une méthode efficace pour observer le ciel était donc indispensable. On a en outre trouvé à l'intérieur de l'ensemble des ossements humains où on avait enlevé la chair. Sacrifices humains ou rituel funéraire terrifiant ? Certaines questions soulevées par ces objets n'ont pas encore trouvé de réponses."  Cf. ce début d'étude et n'en déplaise à certains fâcheux dont la façon de faire valoir leurs arguments par divers procédés d'intimidation parfaitement illicites et parfois même carrément délictueux, est tout à fait regrettable. Davantage l'est toutefois si possible, le laxisme dont ces faux experts, mais vrais pillards et grands raconteurs d'histoires à dormir debout bénéficent et qui génére un sentiment d'impunité qui manifestement les encourage à en remettre à chaque fois tantôt une petite couche, tantôt une grosse louche. - De façon à situer le contexte, voici quelques définitions

« Dans l'aruspicine babylonienne, les présages sont tracés par les dieux en réponse à la question relative au sacrifiant que le devin leur pose au moment de sacrifier la victime et ils trouvent leur point d'ancrage dans les figures fournies par la nature et rendues connaissables par l'étude de l'anatomie et la pathologie animales. » EHESS - Journées d'étude : Divination et écriture, écriture de la divination; Institut National d’Histoire de l’Art - 2, rue Vivienne - 75002 Paris – Modérateur C.Jacob (certains nous gratifient manifestement d'un sens de l'ironie particulièrement affiné... )

_
Infographie wikipedia, libre de droits
Mis en relation avec la scène représentée sur la face principale qui est l'accompagnement du mort, on peut sans doute interpréter  le motif du bouclier de l'hoplite de cette face là, comme la  'porte des hommes'  dont il est question ci-contre. Autrement dit  aussi une direction géographique (N.E), la face principale représentant en effet la direction opposée (soit S.O).

«Cette constellation était appelée Tortue par les babyloniens ou Scarabée par les égyptiens, 4 000 ans av. J.-C. Dès 2 000 ans av. J.-C., la plupart des civilisations la dénommaient Crabe ou une semblable créature à pinces. [3]Quelques Grecs la connaissaient sous le nom de Porte des Hommes, là d'où les âmes provenaient pour pénétrer les corps à la naissance.»

Précision ἂγγος : I- vase / 1)en particulier : « vase pour le vin, le lait » etc. ) - 2) urne funéraire, Soph. El. 1118, 1205 -3) corbeille où l'on exposait les petits enfants abandonnés 4) coffre pour les vêtements – II par analogie : utérus, HPC. 1185 2) carapace du crabe, OPP.H. 2,226 3) cellule d'une ruche, Anth. 9, 226 (terme technique d'origine inconnue)


Diverses informations en provenance de diverses disciplines concernant cette constellation : 

Cette Porte des hommes évoque irrésistiblement ce que le très à la mode Fengsui (風水) utilisé notamment dans le cadre de cette sorte de géomancie par laquelle on cherche à déterminer la meilleure orientation de l'habitation (家相) et qui représente une partie de la pensée des cinq éléments (五行思想) de la Voie du Yin et du Yang (陰陽道) nomme en japonais dans une dénomination qui leur serait particulière, Porte des Invisibles (鬼門), dont la face interne, l'Autre côté de la Porte des Invisibles  (裏鬼門) se situe dans sa diagonale, soit N.E ↔ S.O. Ce sont deux directions 'sacer' et donc considérées comme à éviter (prohibées car 'né_fastes'). - Ce qui pourrait, pourquoi pas, se rattacher à la question de la division et indivision du temps autour de laquelle tourne le paradoxe -sorte de Koan Zen-  de Zénon d'Elée : «Achille ( dont l'étymologie est discutée, mais qui ayant été plongé -mention tardive  cependant- dans le Styx, nous interpelle avec Ἀχλύς[1] (au fig.:) : L'Ombre de la Mort) et la Tortue », paradoxe qui est discuté dans le Parménide, du nom du maître de Zénon, texte où il est question  de l'unicité de l'être.  

- Rappelons incidemment que le Styx, ce Fleuve des Enfers, Fleuve du Serment des dieux qui jurent par le Styx, est au départ «ce qui donne le frisson », et Stygios: «du Styx, infernal et par ex. néfaste » ; On a également  Stugnadzô : le Ciel est sombre, menaçant ; A l'orage donc, or l'on rattache  Ἀχλύς à arm.*alĵ et v; pruss. aglo = pluie. Et qu'est-ce qui tue Achille qui a donné son nom à  l'Achillée dont il a appris les vertus du centaure Chiron, sinon la flèche de Pâris guidée par Appolon (Soleil) et qui l'atteint à la cheville, à l'endroit même donc où le petit aide d'Héra viendra[2] titiller Hercule dans sa tâche de soumettre l'Hydre de Lerne et donc, au défaut de la cuirasse. Défaut qui rapporté à la question du temps est un problème au moins digne de la physique quantique...! - 


Accessoirement on notera que : 

  1. « L'achillée a un folklore européen très chargé: on s'en sert pour provoquer les saignements de nez, pour avoir de beaux rêves, pour éviter les mauvais sorts, pour déclarer son amour, etc.; Dans le langage des fleurs, un brin d'achillée millefeuille est un voeu de guérison et de soulagement.  
  2. La réputation de la plante comme médicinale remonte à la préhistoire, comme le montrent les recherches archéologiques faites à Shanidar, au N.E de l'Irak. Les hommes de Néandertal semblaient avoir une pharmacie rudimentaire basée sur les plantes, et l'une des huit plantes identifiées au moyen des grains de pollen trouvés sur ce gisement était l'achillée. »  - Ceci dit il est également question que ces pollens n'aient pas nécessairement à voir avec un rituel funéraire et soient arrivés là tout seuls. Mais pourquoi pas. Shanidar III est donné comme souffrant d'une maladie dégénérative des articulations au niveau du pied qui donne tout à coup à penser que les problèmes susceptibles d'être amplifiés par l'eau aux articulations, dont la cheville - peut-être aussi plus sollicitée par les déplacements -, sont les rhumatismes...! Et parmi les rhumatismes des parties molles, les tendinites qui peuvent avoir affecté le tendon du calcaneum du fameux talon...d'Achille!  Autrement dit, très trivialement Achille ne peut pas rattraper la Tortue parce qu'Achille ne peut plus marcher...!
  3. «Le Grec Dioscoride (Ier siècle) fut le premier à mentionner la millefeuille comme une plante incomparable pour traiter les plaies saignantes ainsi que les ulcères anciens ou récents.
  • « Utilisée comme cosmétique et dans de nombreuses liqueurs, elle est contre-indiquée pendant la grossesse. » 

Quoi d'étonnant que l'on ait alors du côté crabe/tortue, dans la diagonale de l'Ombre de la Mort, cette Porte des Hommes, par où les âmes provenaient pour pénétrer les corps à la naissance, ainsi que cela a été évoqué ci-dessus[3]

Si nous ne sommes pas trop idiote, Achille qui ne peut rattraper la Tortue, c'est aussi la question de l'être est et le non-être n'est pas, ainsi qu'entre les deux, sans doute, celle de la conscience telle que se la posent les Vikings de la fameuse Saga des vikings de Jómsborg, (mais compte tenu que la hache peut aussi y être entendue comme objet magique, ce qui incidemment, poserait la question de la perception du temps davantage que celle de la violence...), celle du temps immobile, celle de l'éternité... Rien d'étonnant donc à ce que ce paradoxe soit ce véritable casse-tête qui inspira également à Lewis Caroll ces variations sur le modus ponens intitulées: What the Tortoise Said to Achilles

Sans oublier les deux grands types de divination souvent cités ensemble à propos de la culture chinoise que sont la divination par l'Achillée, sorte de rabdhomancie, et la divination par la Tortue...!

Pictogramme Shang, corpus Os pour "La Reine"_modélisation© d'Ursa Major et Ursa minor© Araignée de mer géante du Japon - Macrocheira_kaempferi - 20kg Louise Bourgeois-Exposition aux Tuileries de son Imago de la maternité


Maia, le crabe araignée

Μαῖα : Mæa , Fille d'Atlas, mère d'Hermès - Elle a donné son nom à une étoile de l'amas de Pléïades

μαῖα: 1) mère, petite mère, 2) grand-mère (affectueux à l'égard des femmes âgées) 3) nourrice 4) accoucheuse, sage-femme (origine de maïeutique) II- sorte de crabe

Māia:(= Maiia): Vieille divinité italique, fille de Faunus et femme de Vulcain, identifiée tardivement à la déesse grecque de nom aux consonnances semblables. A donné son nom au mois de mai, Māius.

Māiālis: porc châtré, porc gras. Dérivé māiālina: (sc. carō) - Carō: morceau de chair, de viande, pulpe. Sur Carna, déesse d'origine obscure. v. Cardō ( charnière, pivot, gong, pôle – nord et sud  puis, par suite ligne transversale tracée du nord au sud. Tournant, point principal [Cf. pour le dév. de sens: articulus] - Voir donc aussi à toutes fins utiles, ceci ). Le sens s'explique par la façon dont on partageait la viande des bêtes dans les sacrifices ou les repas en commun faits par les guerriers. Il faut penser au “morceau du héros” de l'épopée irlandaise. La racine est celle de κείρω *je coupe - Dict. étymologique Ernout-Meillet -


Les 24 directions Calcaire, VIème siècle. Nécropole de Novilara (Pesaro)
__
HITSUJI_SARU USHITORA; Oeil révulsé ; Mauvais Oeil
_

Extension, développement en tant qu'enracinement toujours plus profond, plongée, ancrage; Energie tellurique;

 地・順・牛・腹・母・婦徳・胃・補佐役・鈍重・大衆・迷いなどを象徴する。

Renvoi symbolique  : 
au sol; à l'ordre (comme succession continue); à la vache ; au ventre (opposé au dos, comme dans le cas de Sarpédon) ; à la mère nourricière ; à la vertu propre au féminin (qui est?) ; à l'estomac ; au rôle auxiliaire ; exécration (imprécation qui retire de la force, alourdi); à la Foule (ce qui grouille opposé à ce qui émerge? Idée d'indistinction opposée à singularité?) ; [1]à ce qui est brouillé, indistinct, où l'on s'égare (idée de labyrinthe?), fracas (bruit opposé au sens?) ; 

納甲では : Autrement dit, dans le système de correspondance entre les troncs/tiges célestes et les Bāguà, à 'le cèder à, en'

Correspond au S.O en ce qui concerne les points cardinaux, à l' Eau (1/5 éléments). Corps mou/Souplesse/Fexibilité (des jeunes pousses etc.; du roseau pourquoi pas?)

山・止・狗・手・少男・相続・関節・骨格・節度などを象徴する。 : Renvoi symbolique à :
la montagne, tertre (Nature), tendance à se tenir à l'arrêt (Naturel), canis lupus (ce qui va avec la chaleur dégagée par l'élément 'Feu'), la main/le bras (Corps); les juvéniles (Tribu); l'héritage, la transmission (idée de faire le lien avec, et ce lien) ; les articulations (Cf.), le squelette (voir notre arthropode), l'idée de restriction, d'empêchement, fait de bloquer etc... (voir nos hoplites qui se préparent à bloquer les traits ennemis en mettant leurs jambières etc..), de délimiter.
Idée d' «aller en sens contraire », de contrarier (Ceci étant le crabe se déplace par le travers, ce sont les langoustes et autres écrevisses qui nagent à reculons). Idée de repartir, de s'y reprendre (nouveau départ; cycle)
Idée de Fanum imposant qu'on se tienne à distance et signalisé par un oeil révulsé.
Correspond au N.E en ce qui concerne les points cardinaux, ainsi qu'à une demi-lune, au Feu (1/5 éléments).
Moment (opportun?) de la journée : "De l'aube au point du jour".
Plus tout un certain nombre de calculs compliqués dont la liste n'apporterait rien de plus au commentaire du décor du cratère.
Dureté/Rigidité (de la carapace, de la coque du navire etc. du chêne pourquoi pas.)

L'idéogramme 艮 (qui est un symbole ici en fait et dont on précise dans l'article en japonais ci-dessus qu'il s'agit d'un caractère différent de celui pour 'Voir'), est également donné comme la forme première de celui-ci , à savoir «un ressentiment tenace, le fait de chercher à se venger de qq.ch » - ce qui colle en effet tout à fait avec 'regarder de travers', [2]tout comme Héra regardait Héraclès de travers et qui pour se venger de sa naissance adultérine, lui dépêcha l'un de ses aides sous la forme d'un crabe que certains imaginent encore sous cet aspect, pour le stopper/gêner/entraver dans la tâche de soumettre l'Hydre de Lerne (monstre/marais aux têtes/sources sans cesse renaissantes ou encore citadelle de même nom) – On dit aussi dans ce dernier cas, que le roi Lerne fit appel à l'armée d'un mercenaire carien (S.O de l'Anatolie) nommé Crabe et qu' Héraclès fit de même avec l'aide de Iolaos (éromène de son oncle Héraclès, donc un juvénile... - NB: l'époque concernée est "la nuit des temps / L'érèbe". L'évoquer ne revient pas à en faire la promotion, espèce d'obsédés!). La tour fut incendiée (élément Feu) et l'armée de Lerne anéantie (donc soumise).Maintenant cette dernière histoire de crabe semble plutôt se jouer N.O que S.O. Quoique...


 _